PLAN DE DÉCONFINEMENT : Réouverture des écoles : une rentrée pas comme les autres !

De l’annonce de la réouverture des écoles à la réalité de terrain, il aura fallu la mobilisation de nombreux services municipaux, des enseignants et de l’Education nationale pour relever le challenge d’accueillir vos enfants dans les meilleures conditions possibles.

2020_05_14_solidarite_sgdb_-_rentree_ecole_-_web_bann

« C’est inédit, du jamais vu ! »

Nous confie Carole Condat, directrice générale adjointe à la Maire de Ste Geneviève chargée des secteurs éducatifs.

« L’ampleur de la tâche est immense, la mobilisation de la mairie totale et la coordination entre services n’a jamais été aussi indispensable. Ouvrir une école en pleine période de pandémie ne souffre pas l’à peu près. Il faut répondre aux interrogations légitimes des parents, des enseignants et des agents sur le terrain. Ste Gen’ a une longue et riche tradition de concertation sur les questions éducatives, la première interrogation a donc été de se demander : pourquoi fait-on revenir les enfants à l’école ? Il faut recommencer à vivre, différemment certes, mais vivre. Une fois la décision prise de ne pas ouvrir les maternelles puisque les conditions d’accueil ne nous semblaient pas réunies pour les enfants, nous nous sommes concentrés sur les écoles élémentaires. C’est avec les directions ades écoles et l’Inspectrice d’académie que nous avons construit au jour le jour la réouverture. Le dialogue avec l’Inspection académique et les directions des écoles est permanent. On ne peut y arriver les uns sans les autres ».

 

Il a donc fallu coordonner et revoir quasi quotidiennement, selon les nouvelles directives du Gouvernement, l’organisation, avec un grand nombre d’incertitudes :

  • combien d’enfants vont revenir sachant que c’est sur la base du volontariat des familles ?
  • combien d’enseignants seront disponibles ?
  • combien d’agents seront nécessaires pour appliquer le nouveau protocole sanitaire ?

bref, comment mettre en adéquation la demande et les moyens avec un degré de contraintes sanitaires exceptionnel.

Francine Ducrot est responsable du Service Enfance/Scolaire et souligne, elle aussi

« le travail extraordinaire des agents pour ouvrir 11 écoles élémentaires à partir du 14 mai. Nous respectons bien sur la consigne de ne pas avoir plus de 10 enfants par classe avec un animateur spécifique par groupe pour le temps périscolaire et pour aider l’enseignant pour amener l’enfant aux toilettes par exemple. Nos ATSEM de maternelles sont en renfort dans les élémentaires. Nous avons créé 40 groupes de 10 enfants (maximum) et un protocole sanitaire a été rédigé et envoyé à tous les agents concernés. »

Cécile Burlet, en charge du PEDT a eu la charge de résumer les prérogatives du Gouvernement en un document clair 

« Une information juste et précise délivrée clairement est essentielle en temps de crise sanitaire. Une lettre du Maire a été envoyé aux parents pour leur expliquer la situation et les parents ont répondu à un questionnaire. Résultat : ce sont 334 enfants qui ont repris le chemin des écoles génovéfaines dès le 14 mai. »

Benjamin Fournier, directeur de l’école A. Aubel, dresse un constat plutôt positif sur cette rentrée du jeudi 14 mai :

« Tous les parents ont vraiment respecté les horaires d’arrivée, les différents accueils et les groupes assignés. Le travail intensif de communication entre la mairie, l’éducation nationale et les parents a payé. Les parents connaissaient le protocole sanitaire et ont pu préparer les enfants psychologiquement. Nous avons de grandes cours de récréation séparées ce qui nous a permis de former des groupes bien distincts. Nous avons accueilli 38 enfants sur les 40 prévus. Les parents volontaires ont vraiment accompagné cette rentrée et c’est très bien, pour l’instant nous n’avons pas de soucis… ».

De l’autre côté de la ville à Jean Macé, la directrice Magali Sahari, prend le temps de nous répondre entre deux coups de fils aux parents :

« Les parents avaient toutes les réponses aux questions qu’ils se posaient avant cette rentrée. La seule interrogation portait sur la cantine mais le réfectoire est assez grand pour accueillir les enfants qui mangeront un par table. »

Nous avons tous en tête ces images diffusées sur les réseaux sociaux d’enfants dans une cour d’école à l’intérieur d’un cercle blanc, pas de nature à rassurer les parents et qui fait bondir la directrice :

« C’est déjà assez compliqué pour les enfants pour ne pas en rajouter ! Nous avons divisé la cour en deux et vérifions que les enfants ne s’approchent pas trop mais ils doivent pouvoir courir. Je les trouve très conscients de ce qui se passe car les parents leurs ont bien expliqué la situation. Les enseignants ont pris le temps naturellement de leur réexpliquer les gestes barrières. »

Une psychologue scolaire et une infirmière ont fait le tour de toutes les écoles pour montrer que, même invisible, le virus est toujours là. Rappelons qu’en plus des enseignants mobilisés, des ATSEM et des AESH ( ex Auxiliaire de vie scolaire) sont venus en renfort. Deux autres services indispensables sont intervenus et interviennent encore à l’heure où vous lirez ces lignes, ce sont les services techniques et le service HYRA. Le premier est en charge de l’aménagement des classes, du déménagement des tables ou du traçage au sol, en concertation avec les enseignants. Le service de l’Hygiène, Restauration et Accompagnement de l’enfant (HYRA) joue, encore une fois, un rôle essentiel.

Isabelle Jarossay est responsable de ce service :

« Les deux premières semaines d’avril ont été consacrées à la désinfection complète de toutes les écoles en vue du déconfinement par plus de 65 agents. Le travail d’entretien évolue constamment et connaît de profonds changements en cette période de COVID 19. Toutes nos pratiques sont revues : on ne peut plus se servir d’aspirateurs ou de balais mais uniquement de balais humides car le mouvement d’air favoriserait la propagation du virus, il en est de même pour l’action de vider les petites poubelles dans une grande. Il faut aussi désinfecter deux fois plus souvent les surfaces de contacts comme les rampes d’escalier, les poignées ou les interrupteurs. Nos agents sont exemplaires dans leur professionnalisme, leur investissement, malgré leur crainte légitime et la pression psychologique de ne pas avoir le droit à l’erreur. Cette ouverture de classe va nous permettre de vérifier en pratique ce que nous avons imaginé et nous allons devoir nous adapter encore et encore, nous le savons. »

La direction des écoles, l’Éducation Nationale et les différents services municipaux travaillent donc main dans la main pour que cette « drôle de rentrée », se passe dans les meilleures conditions possibles.

Bonne rentrée à tous !

 


+ d’infos
Service Enfance-Scolaire
01 69 46 80 77/78/79

Covid-19 : Ste Gen mobilisée

Dernières actualités

La ville

La Ville recrute

Les offres d’emploi   Animateur Caisse des Écoles DRH Adjoint. – Responsable Carrière/Paie (f/h) Responsable des travaux bâtiments (f/h) Responsable entretien et maintenance des bâtiments (f/h) Responsable du service Comptabilité (f/h) Responsable du service Espaces verts (f/h) Animateur périscolaire   Adressez candidature en envoyant votre CV et votre lettre de motivation par courriel à Monsieur […]

Lire la suite
La ville

ENTREPRENARIAT : Devenez acteur de votre réussite !

Elle aide à détecter, qualifier et orienter les porteurs de projet et les entrepreneurs génovéfains, et plus particulièrement dans les quartiers prioritaires (Pergaud, St Hubert, Les Fées, La Grange aux Cerfs). Sous forme de rendez-vous individuel d’une heure renouvelable autant que nécessaire, l’accompagnement proposé est particulièrement riche : que vous soyez en phase de réflexion, […]

Lire la suite

Rechercher

  • Rechercher

Partager la page :