A+ A-

Perray-Vaucluse

L'arrivée imminente d'un CCSU prévue initialement en fin d'année et d'une crèche sur le site du Perray s'intègre dans le plan plus large d'un "Campus santé du Perray". Un projet innovant qui répond à de vrais besoins.

Publié le 01/07/2019

C'est une nouvelle attendue par beaucoup de Génovéfains : la création d'un Centre de Consultation et de Soins d'Urgences en réponse à cette question simple : « Où me rendre en cas de problèmes de santé ? ».

Voici plusieurs années que l’annonce du "schéma départemental de l’offre de soins" avait fortement inquiété la municipalité. Pour les élus, la réponse apportée par le Ministère de la santé n'était pas à la hauteur des attentes. Il n'était pas question de voir avancer le désert médical chaque jour un peu plus sans réagir. La fermeture programmée des hôpitaux de Longjumeau et de Juvisysur-Orge, et pour seule perspective le projet du « super-hôpital de Saclay », livré en 2024, les questions du lieu de soins et du temps pour s'y rendre se posent ?

La proximité ne se juge pas seulement en kilomètres mais aussi en temps de trajet : tous les Génovéfains qui fréquentent régulièrement la Francilienne (vers Evry et le Centre Hospitalier Sud Francilien) ou la N20 (vers le plateau de Saclay et son futur hôpital) savent que ce trajet peut être bien long en fonction des horaires et du trafic. Il était donc essentiel que l’Etat et l’Agence Régionale de Santé reconnaissent les besoins en services publics des habitants du territoire et y répondent de façon pragmatique dans une logique de « toute proximité ».

Sur les trois CCSU du département, l'Agence Régionale de la Santé a donné son accord pour l'implantation d'un centre d'urgences dans notre commune. Les négociations ont été âpres mais les arguments pour convaincre ont permis d'obtenir gain de cause, le projet retenu entre dans une nouvelle phase de validation. Il verra le jour dans le cadre bucolique du Vieux-Perray.

Le CCSU : première étape !
Le CCSU est une structure de soins non programmés qui traite les cas de faibles gravités, représentant 70% des flux aux urgences, comme les malaises, les infections, brûlures légères, contusions, chocs et chutes etc... En cas d’urgences
graves, le CCSU permet une prise en charge immédiate sur place par le SAMU pour que le patient soit transféré vers l’hôpital.
Les modalités de fonctionnement du CCSU sont encore en cours de contractualisation mais celui de Longjumeau, le seul déjà en activité, peut servir de « référence ».

Là-bas, une vingtaine de médecins, urgentistes et libéraux, travaillent dans une amplitude d’ouverture allant de 8h à 22h. La Ville a proposé la localisation et a soumis comme terrain d'accueil du futur CCSU l’entrée de Perray-Vaucluse, face à la gare SNCF et la gare routière. Difficile de trouver une meilleure accessibilité pour les Génovéfains mais également pour les usagers des villes limitrophes.

Ce site historique en matière de santé est en pleine mutation et il serait logique d'y voir perdurer une fonction médicale. « Ce CCSU serait donc la première réalisation d’importance pour redynamiser le site de Perray-Vaucluse, suite au départ de l’hôpital, avec pour objectif à moyen terme la création progressive d’un "Campus Santé" réunissant sur site les professionnels de la Santé, entre prévention et offres de soin » précise Frédéric PETITTA qui voit enfin sa persévérance sur le sujet récompensée.

Une crèche sous les arbres
Depuis septembre dernier, la crèche réservée au personnel de l'hôpital public ne fonctionne plus. La Ville a sollicité une convention auprès de la Caisse d'Allocations Familiales et les services de la PMI pour une réouverture.

L’objectif est bien ici de rouvrir en l’état une crèche pouvant accueillir 60 berceaux, dont une part sera réservée au personnel de Perray-Vaucluse. Le restant pourra donc s’ouvrir aux besoins très importants des habitants et ainsi désengorger la liste d'attente des familles génovéfaines qui souhaitent obtenir une place en crèche.

Crescendo, opérateur associatif souhaite se positionner pour reprendre et exploiter ce dédié à l'enfance.

Reste maintenant à finaliser les questions des coûts pour les familles, la commune souhaitant que les tarifs soient les mêmes que les crèches municipales, et le coût de la réhabilitation pour recevoir les poupons dans les meilleures conditions possibles. En effet, un scénario de réaménagement futur est en cours d’étude avec pour objectif une rénovation qualitative des espaces, des aménagements extérieurs et même une éventuelle extension afin d’augmenter les capacités d’accueil des jeunes enfants à moyens termes.

Publié le 01/07/2019