A+ A-

20 novembre : Journée internationale des droits de l'enfant

Le droit d’aller à l’école, le droit d’être protégé contre les mauvais traitements, le droit de s’exprimer et d’avoir une égalité de traitement, le droit de rire, de jouer, d’avoir une identité, d’être soigné, de grandir en bonne santé et d’être protégé de la guerre. Voilà quelques principes adoptés en 1989 par les Nations Unies pour protéger nos enfants.
Publié le 20/11/2020

Le 20 novembre est l’occasion de rappeler ces droits dans un contexte mondial lourd. Tous les enfants du monde n’ont pas les mêmes chances, les mêmes droits et les petits français connaissent eux aussi une année compliquée entre confinement, isolement et inquiétude sur leur santé et celle de leurs familles. Cette journée est faite pour nous rappeler de prendre soin de ce que nous avons de plus précieux.

Le saviez-vous ?
La convention et des droits de l’enfant a été ratifiée par 191 pays !

La Convention Internationale des Droits de l'Enfant est un texte de 54 articles adopté par les Nations Unies le 20 novembre 1989. Elle affirme qu'un enfant n'est pas seulement un être fragile qu'il faut protéger mais que c'est une personne qui a le droit d'être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l'endroit du monde où il est né, mais aussi qu'il a le droit de s'amuser, d'apprendre et de s'exprimer. Elle a été ratifiée par 191 pays sur 193. Cette Convention est le traité international le plus signé par les Etats dans le monde. Seuls la Somalie et les États Unis ont refusé de s'engager

20 novembre 1959, première Déclaration des Droits de l’Enfant

La première "Déclaration des Droits de l'Enfant" rédigée par les Nations Unies a fixé 10 droits fondamentaux.
1. Le droit à l’égalité, sans distinction de race, de religion ou de nationalité.
2. Le droit à une attention particulière pour son développement physique, mental et social.
3. Le droit à un nom et à une nationalité.
4. Le droit à une alimentation, à un logement et à des soins médicaux appropriés.
5. Le droit à une éducation et à des soins spéciaux quand il est handicapé mentalement ou physiquement.
6. Le droit à la compréhension et à l’amour des parents et de la Société.
7. Le droit à l’éducation gratuite et aux activités récréatives.
8. Le droit aux secours prioritaires en toutes circonstances.
9. Le droit à une protection contre toute forme de cruauté, de négligence et d’exploitation.
10. Le droit à la formation dans un esprit de solidarité, de compréhension, d’amitié et de justice entre les peuples.

Publié le 20/11/2020