A+ A-
Accueil Actualites Jean-Hugues Dussere : Bénévole c'est un joli nom !

Jean-Hugues Dussere : Bénévole c'est un joli nom !

Derrière sa voix posée se cache un homme de compromis qui doit composer avec 4 800 adhérents, 21 sections et 26 disciplines et qui a réfléchi sur sa fonction : « C’est un travail d’écoute principalement. Il faut réussir à faire bosser tout le monde, ensemble et avancer dans la même direction. Je ne suis pas un président directif, je recherche avant tout l’adhésion.
Publié le 03/07/2019

« Bénévole : qui fait quelque chose gratuitement et sans obligation ». Si Jean-Hugues préside depuis 11 ans SGS Omnisports qui dénombre 4600 licenciés, il ne sait plus très bien depuis combien de temps il est bénévole. N’y voyez pas de fausse modestie de sa part c’est juste que « mon engagement n’est pas réfléchi, il existe c’est tout ! » Alors nous avons sorti la calculatrice et nous savons désormais que cela fait près de 40 ans qu’à l’instar de millions de français, ce chef d’entreprise
donne de son temps gratuitement et sans obligation. Il a « donné un coup de main » comme il le dit dans tous les clubs où il est passé : le judo, la gym ou la plongée, sa grande passion. « Le temps on le trouve toujours, on le gagne sur le sommeil et il suffit de ne pas regarder la télé ! » plaisante-t’il sérieusement. Derrière sa voix posée se cache un homme de compromis qui doit composer avec 4 800 adhérents, 21 sections et 26 disciplines et qui a réfléchi sur sa fonction : « C’est un travail d’écoute principalement. Il faut réussir à faire bosser tout le monde, ensemble et avancer dans la même direction. Je ne suis pas un président directif, je recherche avant tout l’adhésion. Une décision commune fait aller plus loin, plus
vite et devient incontestable.
» Une maxime à méditer dans beaucoup de DRH. « Un président ne préside pas mais rassemble ! » insiste-t-il, une autre maxime à méditer dans beaucoup d’allées du pouvoir…

LE GOÛT DES AUTRES

Être bénévole c’est être au coeur de notre société et vivre de très près, les petites et grandes évolutions de notre société. Prenons par exemple les jeunes : « Je les trouve très impliqués, n’oublions pas qu’avant tout ils sont jeunes. C’est idiot à dire mais c’est vrai. Quand je les vois encadrer les Jeux de Printemps je les trouve formidables. » L’implication des bénévoles : « C’est de plus en plus dur d’être bénévole car les demandes sont croissantes : on nous impose beaucoup de contraintes administratives, c’était plus souple avant et on ne s’en portait pas plus mal. Quant au renouvellement des bénévoles, il est à resituer avec la difficulté de la vie quotidienne, être parent c’est une activité à plein temps avec des mômes
qui partent de plus en plus tard.
» Ce qui caractérise ce fan de chanson française c’est son bon sens et sa philanthropie : « Grâce à mon parcours de bénévole j’ai rencontré des gens extraordinaires que je n’aurais jamais croisés dans ma vie professionnelle. Puis dans cette ville c’est agréable de savoir qu’on bosse main dans la main avec la mairie qui se préoccupe vraiment de la jeunesse. Je ne suis pas engagé politiquement mais tout de même, s’il existait un vrai partage des richesses, les pauvres s’en porteraient mieux et les riches pas plus mal… ».

Son meilleur souvenir à Sainte-Geneviève-des-Bois : « Mes premiers Jeux de printemps. Je dois avouer que j’étais mal à l’aise avec les personnes handicapéss plus jeunes. Et cette journée a tout bouleversé : tant de spontanéité, de joie et d’enthousiasme, les personnes handicapées ne sont jamais blasées, c’est une sacrée leçon pour nous valides ! »
En quittant Jean-Hugues, on pense à l’humanité de Jean Ferrat et on se dit qu’effectivement « c’est un joli nom bénévole » !

Publié le 03/07/2019